Dans ma tête

Freedom

19/09/2017
Photo by Lucile Cabout

Le mois dernier, j’ai participé à un évènement professionnel pour “apprendre à se vendre” et “faire du réseau”. Vaste sujet ! Et lors de ce workshop, on a encore parlé de son Why (vous voyez je ne mens vraiment pas quand je vous dis que c’est LE truc à la mode).

Bref, ça m’a un peu saoulée… Et surtout, il fallait faire des exercices avec les autres participants et clairement… je n’en avais pas trop envie (oui, je vais à des événements de réseautage et je ne parle pas aux gens, je ne vois pas où est le problème !). Pendant un des exercices, il y a un monsieur un peu âgé avec une tenue plutôt originale et à l’air sympathique, qui est venu me parler. Bon clairement, cette personne était là plus pour se divertir que pour l’événement. Et au début, je ne me sentais pas à l’aise parce que je ne suis jamais à l’aise quand je rencontre des gens que je ne connais pas. Mais je me suis un peu forcée, j’étais ici pour rencontrer de nouvelles personnes après tout.

Au fil de notre discussion, ce monsieur m’a demandé pourquoi j’avais quitté Paris, pourquoi j’étais venue à Amsterdam et pourquoi je m’étais lancée dans l’entreprenariat. Ce soir-là j’ai été inspirée par ce qu’il me racontait et par les questions qu’il me posait. Je me suis rendue compte que ma réponse à ses questions était souvent : “parce que je veux être libre ou tout du moins en avoir l’impression”.

Ma propre réponse m’a fait l’effet d’une révélation car j’ai eu l’impression d’avoir trouvé la réponse à beaucoup de questions que je me posais depuis pas mal de temps. Ma recherche de liberté est le fil rouge de ma vie finalement. Quand la dernière fois, je vous parlais de passion, sur Facebook, Sarah a parlé “du fil rouge de sa vie” plutôt que de passion et je trouve ça très juste.

C’est fou ces instants de lucidité où tu te dis : “Ça y est j’ai trouvé !”

Je vous recommande aussi :

Laisser un commentaire

Your email will not be published.