Logo Coralie Rocque Web identity Designer

I’m back baby !

10/11/2015

Dimanche, j’ai eu peur d’être lundi. La peur sans fondement ou presque. Depuis presque deux mois maintenant, je ne vis que pour le début de ma « vraie » vie à Amsterdam. Et lundi bah c’était le jour J. Et dimanche j’ai été littéralement pétrifiée d’être ce lundi…

Par où je commence ?  

J’ai été absente quasiment 15 jours.  

J’ai été une semaine en stand by attendant impatiemment mon retour en France. Cette semaine étrange où je n’ai quasiment rien fait, comptant les heures et les jours pour rentrer en France. Un peu comme si je m’étais mise en pause. Cette impatience, cette envie presque viscérale de rentrer alors que ça ne faisait qu’un mois et demi que j’étais partie. Je n’arrive pas à me dire si c’est parce que j’allais voir ma famille et mes amis ou si c’est parce que l’aventure allait enfin commencé.

Durant la semaine de « pause », on va dire que j’ai fait UNE chose. J’ai pris en photo ma copine Victoria pour son blog. Tu peux retrouver la série ici. C’était trop cool. Tu vois, c’était l’une de ces journées où le temps est magnifique, des couleurs de dingue, un paysage tellement inspirant… Je pense, enfin, j’espère devenir plus ou moins la photographe officielle de Victoria comme ça me permet de pratiquer plus souvent. Et puis la Victoria, c’est une nénette un peu géniale et d’une photogénique, bref du pur bonheur !

Mes quelques jours en France sont passés à une vitesse ! Et puis, je me suis mise à douter. Est-ce vraiment une bonne chose de déménager à Amsterdam ? Est-ce une bonne chose d’emménager avec l’Homme ? Ne suis-je pas en train de faire la plus grosse bêtise de ma vie ? Et si je lâchais tout ? Là. De suite. Maintenant ! – Oui, je suis de ce genre de personne qui a facilement la volonté de fuir (mais je me soigne hein). Et finalement, j’ai sauté le pas. C’était pas grand chose, beaucoup de bruit pour presque rien.

Et là, je suis chez nous. On a tout installé ce weekend, il n’y a même plus un carton qui traine… Tout est rangé à sa place momentanée, attendant de voir comment on évolue dans cet espace.

Je crois que j’ai tellement de choses à faire que je ne sais pas par où commencer. J’ai des to do listes à rallonge et je n’arrive pas à prioriser. Je crois que je suis en train de paniquer. Maintenant, plus d’excuses, il faut avancer. Trouver une solution professionnelle, se mettre à produire, se sortir les doigts du cul.

Mais cette semaine, y a mon copain Damien à Amsterdam alors je laisse mes doutes ici et je viendrais les chercher la semaine prochaine 🙂

Aller, bisou.

PS : Tu m’as bien manqué quand même petit bâtard <3

Ce que m’apporte l’entreprenariat

Dernièrement, je me suis rendu compte que l’entreprenariat se transmet de génération en génération dans ma famille. Mon grand-père maternel a créé sa société de livraison de pommes de terre lorsqu’il avait une vingtaine d’années. Mon père a été plus de 20 ans artisans. Être son propre patron dans ma famille est un besoin vital.

Découvrir »